Actualité sportive

Ligue Europa : l'OM se fait peur à Salzbourg mais se qualifie pour la finale, 14 ans après

04 mai 2018 à 09h50 Par sarah rios

Malmené et battu sur la pelouse du RB Salzbourg (1-2 a.p.), Marseille s'est qualifié pour la finale de la Ligue Europa grâce à sa victoire obtenue à l'aller (2-0). Sauvé par Rolando, l'OM va disputer sa première finale européenne depuis 14 ans.

Le match : 2-1 a.p.

Au coup de sifflet final, les joueurs marseillais ont pu lever les bras et s'effondrer au sol. De joie et de soulagement, sans aucun doute. Quatorze ans après, l'OM est de nouveau parvenu à se qualifier pour une finale de Coupe d'Europe et, même s'il ne s'agit «que» de la C3, il paraît inconcevable de bouder son plaisir, tant les clubs français ont longtemps été sujets de désillusion dans cette épreuve.

Mais que les Marseillais se sont fait peur à Salzbourg ! Vainqueurs 2-0 lors de la demi-finale aller, ils ont été poussés à la prolongation en Autriche après avoir dilapidé leur avance en quelques minutes (53e et 65e). Et l'air, si pur à côté des montagnes, était soudain devenu irrespirable côté olympien.

Dans la ville de naissance de Mozart - difficile de le croire après avoir entendu l'hymne du club -, l'équipe de Rudi Garcia avait pourtant joué à la perfection sa partition en première période. Inspirés par la détermination de leur entraîneur, capable de sortir de sa zone technique de plusieurs mètres pour aller rouspéter auprès du quatrième arbitre, les Marseillais délivraient alors une prestation pleine de hargne et de combativité.

Et puis, porté par le soutien d'une Red Bull Arena particulièrement bruyante, Salzbourg a effectué une nouvelle remontée, après celle réalisée face à la Lazio (2-4, 4-1). Comme face à la formation italienne, les Autrichiens, seulement dangereux par Dabbur en première période (13e), ont accéléré après la pause.

Alors que l'OM venait de gâcher deux occasions coup sur coup, Haïdara a ouvert le score après un superbe exploit individuel (1-0, 53e), puis Schlager a remis les compteurs à zéro sur une frappe déviée par Sarr, auteur d'un csc (65e). La pluie tombée avant le coup d'envoi avait beau s'être arrêtée, c'était la douche froide pour l'OM.

La suite ? Salzbourg a poussé, l'OM a manqué d'efficacité sur ses opportunités et aurait pu – dû ? – bénéficier d'un penalty pour une main de Caleta-Car. En prolongation, Pelé a maintenu l'espoir sur une parade magistrale, avant qu'un improbable héros, nommé Rolando, ne délivre l'OM alors que les tirs au but pointaient le bout de leur nez.

«Lasst uns die Saison mit dem Finale vergolden» («Offrez-nous une saison dorée avec la finale»), demandaient les supporters de Salzbourg sur une banderole déroulée avant le match. Les supporters marseillais, au soutien indéfectible durant les 120 minutes, pouvaient jubiler : ce sont eux qui iront à Lyon.

Le joueur : Rolando, l'improbable sauveur

Rolando aura décidément connu de multiples vies à Marseille. Relégué au plus bas de la hiérarchie il y a plusieurs mois, devenu un titulaire indiscutable sous l'ère Garcia, le défenseur, victime de douleurs au tendon d'Achille, semble avoir de nouveau perdu sa place à l'OM. Pour cette rencontre si attendue, l'international portugais, rétabli, a en effet été placé sur le banc, Rudi Garcia préférant reconduire Luiz Gustavo en charnière. Alors...

Mais ce joueur possède un sacré caractère et il l'a de nouveau prouvé. Entré en jeu à la 101e minute en remplacement de Sanson, l'ex de Porto va être fêté en héros sur la Canebière. Sur un corner généreusement sifflé par l'arbitre (c'est Ocampos qui dévie le ballon) et tiré par Payet, c'est lui qui a parfaitement repris du droit, pour loger le ballon dans le petit filet de Walke (116e). Son deuxième but de la saison. Mais si celui inscrit contre Lyon avait finalement été vain (2-3), celui-là vaut de l'or.

Source: L'Equipe.