Podcasts

Le Herofestival expliquer en 3D

Une idée de sortie à présent... Le HeroFestival de Marseille revient pour une 4è édition ce week-end au parc Chanot... le festival est devenu au fil des ans un rendez vous incontournable des passionnés de BD, Comics, Mangas, cosplays jeux videos et Nouvelles technologies... Petit tour d'horizon de ce qui vous attend avec annabelle Fourque, organisatrice de l'événement... A noter également la présence de plusieurs personnalités bien connues dans le milieu à savoir Carice Van Houten alias Melisandre dans la série Game of throne, Bernard Minet, idole de notre enfance qui interprétera quelques génériques de dessins animés ou encore "joueur du grenier" la star du web. Rendez vous donc samedi et dimanche ua parc chanot à Marseille. 

Une idée de sortie à présent... Le HeroFestival de Marseille revient pour une 4è édition ce week-end au parc Chanot... le festival est devenu au fil des ans un rendez vous incontournable des passionnés de BD, Comics, Mangas, cosplays jeux videos et Nouvelles technologies... Petit tour d'horizon de ce qui vous attend avec annabelle Fourque, organisatrice de l'événement... A noter également la présence de plusieurs personnalités bien connues dans le milieu à savoir Carice Van Houten alias Melisandre dans la série Game of throne, Bernard Minet, idole de notre enfance qui interprétera quelques génériques de dessins animés ou encore "joueur du grenier" la star du web. Rendez vous donc samedi et dimanche ua parc chanot à Marseille. 
20 novembre 2017

Hebdo semaine 44: Le Plan de sauvergarde à Arles d'après Christian Mourizard, adjoint au maire délégué au patrimoine.

Le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) est une mesure de protection pour la sauvegarde des centres historiques et plus largement d’ensembles urbains d’intérêt patrimonial (loi du 4 août 1962). Ce document d’urbanisme, qui s’applique à notre secteur sauvegardé, vise à conserver et mettre en valeur le cadre urbain et l’architecture ancienne en harmonie avec les impératifs de la vie moderne et les acteurs économiques.
Aménager et transformer en respectant les éléments architecturaux du bâti ancien et l’espace public pour un centre ancien de qualité. C’est le document d’urbanisme de référence qui règle les autorisations administratives (permis de construire et de démolir, autorisation de travaux). Par décret préfectoral du 28 août 2008, la superficie du secteur sauvegardé arlésien est passée de 53 à 92 hectares.
Le PSMV en vigueur date de 1993, il a été révisé entre 2009 et 2016. Un inventaire exhaustif du patrimoine architectural, archéologique, urbain et paysager dans le périmètre actuel comme dans ses extensions a été réalisé, et continue d’être enrichi. Environ 4000 immeubles ont été visités afin de dresser pour chacun une fiche précise recensant les éléments à protéger du point de vue patrimonial. L’ensemble des documents constituant le dossier de révision et d ‘extension du secteur sauvegardé (rapport de présentation, cartographie, règlement, planches graphiques) est accessible sur le site internet www.vile-arles.fr Ce dossier a été soumis au Ministère de la culture en décembre 2016. La Commission nationale des secteurs sauvegardés a émis, à l’unanimité de ses membres, un avis très favorable sur le nouveau secteur sauvegardé tout en félicitant la Ville et les chargés d’étude (équipe pluridisciplinaire autour de Mireille Pellen, architecte du patrimoine) pour la qualité du travail accompli qui fait référence au niveau national. La dernière phase de la procédure d’extension et de révision du secteur sauvegardé,  la mise à l’enquête publique, se déroule du 9 octobre au 10 novembre 2017. Elle a pour objet d’assurer l’information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l’élaboration des décisions susceptibles d’affecter l’environnement. » L’ensemble des documents présentant les dispositions du nouveau Plan de sauvegarde et de mise en valeur sera également tenu à la disposition du public à la Maison du secteur sauvegardé. À l’issue de l’enquête, après avoir recueilli auprès des autorités les informations qui lui semblent nécessaires, le commissaire enquêteur rédigera son rapport dans lequel il relate le déroulement de l’enquête, analyse les observations reçues, formule ses conclusions et émet son avis. Son rapport et ses conclusions seront rendus publics et permettront ensuite de présenter le secteur sauvegardé d’Arles à l’approbation du Conseil d’Etat.
Une fois approuvé définitivement, Arles, ville patrimoniale s’il en est, disposera des conditions réglementaires pour le respect d’hier, sa vitalité d’aujourd’hui et son développement de demain.

Le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) est une mesure de protection pour la sauvegarde des centres historiques et plus largement d’ensembles urbains d’intérêt patrimonial (loi du 4 août 1962). Ce document d’urbanisme, qui s’applique à notre secteur sauvegardé, vise à conserver et mettre en valeur le cadre urbain et l’architecture ancienne en harmonie avec les impératifs de la vie moderne et les acteurs économiques. Aménager et transformer en respectant les éléments architecturaux du bâti ancien et l’espace public pour un centre ancien de qualité.

C’est le document d’urbanisme de référence qui règle les autorisations administratives (permis de construire et de démolir, autorisation de travaux).

Par décret préfectoral du 28 août 2008, la superficie du secteur sauvegardé arlésien est passée de 53 à 92 hectares. Le PSMV en vigueur date de 1993, il a été révisé entre 2009 et 2016. Un inventaire exhaustif du patrimoine architectural, archéologique, urbain et paysager dans le périmètre actuel comme dans ses extensions a été réalisé, et continue d’être enrichi. Environ 4000 immeubles ont été visités afin de dresser pour chacun une fiche précise recensant les éléments à protéger du point de vue patrimonial.

L’ensemble des documents constituant le dossier de révision et d ‘extension du secteur sauvegardé (rapport de présentation, cartographie, règlement, planches graphiques) est accessible sur le site internet www.vile-arles.fr

Ce dossier a été soumis au Ministère de la culture en décembre 2016. La Commission nationale des secteurs sauvegardés a émis, à l’unanimité de ses membres, un avis très favorable sur le nouveau secteur sauvegardé tout en félicitant la Ville et les chargés d’étude (équipe pluridisciplinaire autour de Mireille Pellen, architecte du patrimoine) pour la qualité du travail accompli qui fait référence au niveau national.

La dernière phase de la procédure d’extension et de révision du secteur sauvegardé,  la mise à l’enquête publique, se déroule du 9 octobre au 10 novembre 2017. Elle a pour objet d’assurer l’information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l’élaboration des décisions susceptibles d’affecter l’environnement. »

L’ensemble des documents présentant les dispositions du nouveau Plan de sauvegarde et de mise en valeur sera également tenu à la disposition du public à la Maison du secteur sauvegardé.

À l’issue de l’enquête, après avoir recueilli auprès des autorités les informations qui lui semblent nécessaires, le commissaire enquêteur rédigera son rapport dans lequel il relate le déroulement de l’enquête, analyse les observations reçues, formule ses conclusions et émet son avis. Son rapport et ses conclusions seront rendus publics et permettront ensuite de présenter le secteur sauvegardé d’Arles à l’approbation du Conseil d’Etat. Une fois approuvé définitivement, Arles, ville patrimoniale s’il en est, disposera des conditions réglementaires pour le respect d’hier, sa vitalité d’aujourd’hui et son développement de demain.

05 novembre 2017
27 octobre 2017

Hebdo semaine 43: Octobre Rose pour le dépistage du Cancer du Sein

En ce mois d'Octobre rose, on met en avant la santé dans le journal de l'hebdo de Marion Nigoul. Le docteur Elodie Le Cozannet, membre de l'association Arcades à Marseille et médecin coordinatrice des dépistages des cancers dans le département prend la parole pour nous faire un état des lieux sur le dépistage des cancers du sein et nous informera de toutes les actions mises en place pour les femmes qui souhaitent être dépistées. RDV lundi à 12h45 et vendredi à 18h45 dans le journal de l'hebdo.    Le cancer du sein tue 12 000 femmes chaque année en France. Pour combattre cette maladie, la meilleure arme, c’est le dépistage. Cette année encore, à l’occasion d’Octobre Rose, les initiatives se multiplient pour rappeler la gravité de cette maladie et sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage. Les objectifs de cette campagne sont d’éclairer la décision des femmes invitées au dépistage organisé, en les informant des avantages, en particulier la double lecture des mammographies, mais aussi des inconvénients comme le risque de sur diagnostic du dépistage. Il s’agit également de répondre aux interrogations des femmes et des professionnels de santé sur les modalités de dépistage adaptées aux différents niveaux de risque et de cibler plus particulièrement les femmes éloignées du dépistage pour lutter contre les inégalités. Les structures de gestion sont chargées d'organiser le dépistage au niveau départemental. Elles invitent par courrier, tous les deux ans, les femmes de la tranche d’âge à participer à ce programme pris en charge à 100 % par l'assurance maladie. Le dépistage organisé du cancer du sein propose la réalisation, tous les deux ans, d'une mammographie et d'un examen clinique des seins pratiqués par un médecin radiologue agréé. Les clichés des mammographies réalisés dans le cadre du dépistage organisé bénéficient d’une double lecture, spécificité du dépistage organisé par rapport au dépistage individuel qui coexiste (6 à 7 % des cancers détectés sont identifiés lors de cette seconde lecture). Les actions de sensibilisations menées par Arcades: S'est déplacé sur les plus grandes structures hospitalières de Marseille mais aussi Vitrolles, Marignane, à la Maison de la vie associative d’Arles, et Miramasse. De nombreuses animations ont été et seront mises en place pour rendre l'information moins "lourde" et plus gaie à l'oreille. Marche de sensibilisation, Initiation à la marche nordique, Trail dans le massif des calanques, Parcours découverte VTT, Conférence-débat, un vide-dressing solidaire au profit de la ligue contre le cancer, Stand d'information, Atelier « Technique d’autopalpation " pour les femmes qui appréhende ce premier RDV chez le médecin, une régate, des expositions, des campagnes d'affichages, des animations et stands de beauté, et des dépistages gratuits pour celles qui ont pris leur courage dans les mains. Les moyens sont dépensés chaque année pour le bien de ces millions de femmes qui sont peut être atteintes du cancer du sein et qui ne s'en doute pas.

En ce mois d'Octobre rose, on met en avant la santé dans le journal de l'hebdo de Marion Nigoul. Le docteur Elodie Le Cozannet, membre de l'association Arcades à Marseille et médecin coordinatrice des dépistages des cancers dans le département prend la parole pour nous faire un état des lieux sur le dépistage des cancers du sein et nous informera de toutes les actions mises en place pour les femmes qui souhaitent être dépistées. RDV lundi à 12h45 et vendredi à 18h45 dans le journal de l'hebdo.    Le cancer du sein tue 12 000 femmes chaque année en France. Pour combattre cette maladie, la meilleure arme, c’est le dépistage. Cette année encore, à l’occasion d’Octobre Rose, les initiatives se multiplient pour rappeler la gravité de cette maladie et sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage. Les objectifs de cette campagne sont d’éclairer la décision des femmes invitées au dépistage organisé, en les informant des avantages, en particulier la double lecture des mammographies, mais aussi des inconvénients comme le risque de sur diagnostic du dépistage. Il s’agit également de répondre aux interrogations des femmes et des professionnels de santé sur les modalités de dépistage adaptées aux différents niveaux de risque et de cibler plus particulièrement les femmes éloignées du dépistage pour lutter contre les inégalités.

Les structures de gestion sont chargées d'organiser le dépistage au niveau départemental. Elles invitent par courrier, tous les deux ans, les femmes de la tranche d’âge à participer à ce programme pris en charge à 100 % par l'assurance maladie. Le dépistage organisé du cancer du sein propose la réalisation, tous les deux ans, d'une mammographie et d'un examen clinique des seins pratiqués par un médecin radiologue agréé.

Les clichés des mammographies réalisés dans le cadre du dépistage organisé bénéficient d’une double lecture, spécificité du dépistage organisé par rapport au dépistage individuel qui coexiste (6 à 7 % des cancers détectés sont identifiés lors de cette seconde lecture).

Les actions de sensibilisations menées par Arcades:

S'est déplacé sur les plus grandes structures hospitalières de Marseille mais aussi Vitrolles, Marignane, à la Maison de la vie associative d’Arles, et Miramasse.

De nombreuses animations ont été et seront mises en place pour rendre l'information moins "lourde" et plus gaie à l'oreille. Marche de sensibilisation, Initiation à la marche nordique, Trail dans le massif des calanques, Parcours découverte VTT, Conférence-débat, un vide-dressing solidaire au profit de la ligue contre le cancer, Stand d'information, Atelier « Technique d’autopalpation " pour les femmes qui appréhende ce premier RDV chez le médecin, une régate, des expositions, des campagnes d'affichages, des animations et stands de beauté, et des dépistages gratuits pour celles qui ont pris leur courage dans les mains. Les moyens sont dépensés chaque année pour le bien de ces millions de femmes qui sont peut être atteintes du cancer du sein et qui ne s'en doute pas.

25 octobre 2017

Hebdo semaine 42: Port-St Louis - La Casamance, en route !

Pour la petite histoire. Animatrice de formation initiale (BAPAAT et BEATEP), Mme Garcia travaille depuis 1996 auprès de la jeunesse Saint Louisienne. Le lieu d’où tout part et tout émerge est le foyer jeunes « Robert Mathieu », ouvert à la jeunesse de la ville. Ce projet est né d’un partenariat développé en 2016 par la ville avec le Delta de la Casamance. Lors de ces échanges a germé l’idée de construire un projet de séjour de rupture en direction de jeunes en difficultés de la commune. Ce projet s’appuie sur un étroit partenariat à la fois au Sénégal avec les administrations de la Casamance et en France avec les différents partenaires (Association « Art et Culture en mouvement », ADDAP13, PJJ, Mission Locale, Maison Pour Tous « l’envolée », MDA, S.P.L “Nautisme Mer Développement Port St Louis Provence”…) Ce partenariat conditionne ainsi la mise en place de ce projet qui verra le jour en novembre 2017. En mai 2016, le « Festival de la Camargue » a reçu, comme pays invité, le delta de « Casamance » du Sénégal. Le secteur enfance de la ville, aussi bien extra que périscolaire, a pu découvrir la richesse de ce territoire au travers d’animations proposées dans le cadre du festival et le secteur jeunesse, grâce à l’éducatrice spécialisée de la ville a pris contact et créé des liens avec les représentants de la « Casamance », présents sur le festival. Ces premiers contacts, ont abouti, dans un premier temps, au départ, de Corinne GARCIA, au mois de décembre dernier, pour assister au festival organisé, en Casamance. Ce voyage, tout d’abord, prévu à titre personnel, s’est vite vu transformé en « voyage solidaire », puisque Mlle Garcia, pour assister au festival « Boukout » à Bignona pour sa 10ème édition, s’est vue devenir le relais d’une chaîne de solidarité en vu d’amener en Casamance des médicaments et des fournitures scolaires, via l’association « Cas’art culture et développement ». Plusieurs séances de travail ont été mises en place entre les différentes institutions de ce pays et la délégation de Port Saint Louis afin envisager une « convention de coopération internationale» entre la commune et les deux départements que sont Bignona et Oussouye. Cette coopération permettra de développer un projet commun sur la culture, la prévention, les échanges scolaires, les chantiers d’insertion. Le projet proposé repose avant tout sur le lien humain et la reconstruction du jeune. En effet, celui-ci a besoin de reprendre confiance en lui pour pouvoir « se faire face » et apprendre à se protéger de tous ses dangers qui l’enferment, l’isolent, et le transforment. Cet isolement peut très vite le faire devenir une cible aussi bien pour les dealers, que pour les prédicateurs, et le chemin vers la délinquance n’est pas loin. Le projet tient compte de toutes les expériences réalisées qui ont fait leurs preuves. Cependant, la complexification des phénomènes mène à repenser et se poser la question de cette rupture de liens entre le jeune et l’adulte et le rapport a la famille. C’est pour cela qu'ils se sont orientés sur un séjour de réparation propre à la Ville de Port Saint-Louis du Rhône qui aura son propre séjour en fonction de ses propres besoins et des besoins partagés avec Bignona et Oussouye.

Pour la petite histoire. Animatrice de formation initiale (BAPAAT et BEATEP), Mme Garcia travaille depuis 1996 auprès de la jeunesse Saint Louisienne. Le lieu d’où tout part et tout émerge est le foyer jeunes « Robert Mathieu », ouvert à la jeunesse de la ville.

Ce projet est né d’un partenariat développé en 2016 par la ville avec le Delta de la Casamance. Lors de ces échanges a germé l’idée de construire un projet de séjour de rupture en direction de jeunes en difficultés de la commune. Ce projet s’appuie sur un étroit partenariat à la fois au Sénégal avec les administrations de la Casamance et en France avec les différents partenaires (Association « Art et Culture en mouvement », ADDAP13, PJJ, Mission Locale, Maison Pour Tous « l’envolée », MDA, S.P.L “Nautisme Mer Développement Port St Louis Provence”…) Ce partenariat conditionne ainsi la mise en place de ce projet qui verra le jour en novembre 2017.

En mai 2016, le « Festival de la Camargue » a reçu, comme pays invité, le delta de « Casamance » du Sénégal.

Le secteur enfance de la ville, aussi bien extra que périscolaire, a pu découvrir la richesse de ce territoire au travers d’animations proposées dans le cadre du festival et le secteur jeunesse, grâce à l’éducatrice spécialisée de la ville a pris contact et créé des liens avec les représentants de la « Casamance », présents sur le festival.

Ces premiers contacts, ont abouti, dans un premier temps, au départ, de Corinne GARCIA, au mois de décembre dernier, pour assister au festival organisé, en Casamance. Ce voyage, tout d’abord, prévu à titre personnel, s’est vite vu transformé en « voyage solidaire », puisque Mlle Garcia, pour assister au festival « Boukout » à Bignona pour sa 10ème édition, s’est vue devenir le relais d’une chaîne de solidarité en vu d’amener en Casamance des médicaments et des fournitures scolaires, via l’association « Cas’art culture et développement ».

Plusieurs séances de travail ont été mises en place entre les différentes institutions de ce pays et la délégation de Port Saint Louis afin envisager une « convention de coopération internationale» entre la commune et les deux départements que sont Bignona et Oussouye. Cette coopération permettra de développer un projet commun sur la culture, la prévention, les échanges scolaires, les chantiers d’insertion.

Le projet proposé repose avant tout sur le lien humain et la reconstruction du jeune.

En effet, celui-ci a besoin de reprendre confiance en lui pour pouvoir « se faire face » et apprendre à se protéger de tous ses dangers qui l’enferment, l’isolent, et le transforment. Cet isolement peut très vite le faire devenir une cible aussi bien pour les dealers, que pour les prédicateurs, et le chemin vers la délinquance n’est pas loin.

Le projet tient compte de toutes les expériences réalisées qui ont fait leurs preuves. Cependant, la complexification des phénomènes mène à repenser et se poser la question de cette rupture de liens entre le jeune et l’adulte et le rapport a la famille.

C’est pour cela qu'ils se sont orientés sur un séjour de réparation propre à la Ville de Port Saint-Louis du Rhône qui aura son propre séjour en fonction de ses propres besoins et des besoins partagés avec Bignona et Oussouye.

25 octobre 2017

Hebdo semaine 41: La journée nationale du commerce de proximité ... carrément à l'ouest !

Ce samedi 14 octobre, le service Commerces Tourisme, en collaboration avec l'association "le phare des commerçants et artisans" de la ville de Port Saint Louis du Rhône, vous invite pour la 2ème fois à la "Journée Nationale du commerce de proximité, de l'artisanat et du centre-ville". Cette journée sera dédiée à la mise en valeur des commerces et de concourir pour l'obtention d'un second "sourire" du label commerces de proximité. Cette manifestation a également pour but de consolider le "capital sympathie" avec les clients les remercier de leur fidélité mais aussi de rencontrer ceux qui n'ont jamais osé pousser la porte de vos magasins ou entreprises. En parallèle, "Carrément à l'Ouest" vient se greffer à l'évènement pour s'occuper de la programmation de cette journée c'est pourquoi elle se renommera "Carrément commerces". Et pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend, 3 temps forts sont en perspective. Un Banquet St Louisien de 12h à 14h sera installé dans l'avenue du Port, spécialement concocté pour vous par un commerçant. Pour les personnes qui souhaitent pique-niquer une grande table sera à votre disposition pour participer au repas avec toute le monde. Enfin, le tarif est de 6euros et réservable à La Respelido, à la Boulangerie Campani ou au Citron Jaune avant le 11 octobre. L'après-midi ce sera chargé avec des spectacles tout neufs et des plus anciens à succès. Notamment un jeu de scrabble revisité comme jamais qui organisera des parties toutes le heures. Vous verrez également un artistes coréen tisser une toile d'arraignée gigantesque entre les arbres du centre-ville. Il parait même qu'une surprise vous attend en fin de journée mais ... suspens ! Dernier grand moment de la journée, direction le Citron Jaune pour une soirée guinguette spectacle-concert dans une ambiance chaleureuse et conviviale autour d'un verre ou de petits fours. Le programme en détail sur le www.lecitronjaune.com   

Ce samedi 14 octobre, le service Commerces Tourisme, en collaboration avec l'association "le phare des commerçants et artisans" de la ville de Port Saint Louis du Rhône, vous invite pour la 2ème fois à la "Journée Nationale du commerce de proximité, de l'artisanat et du centre-ville". Cette journée sera dédiée à la mise en valeur des commerces et de concourir pour l'obtention d'un second "sourire" du label commerces de proximité.

Cette manifestation a également pour but de consolider le "capital sympathie" avec les clients les remercier de leur fidélité mais aussi de rencontrer ceux qui n'ont jamais osé pousser la porte de vos magasins ou entreprises.

En parallèle, "Carrément à l'Ouest" vient se greffer à l'évènement pour s'occuper de la programmation de cette journée c'est pourquoi elle se renommera "Carrément commerces". Et pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend, 3 temps forts sont en perspective. Un Banquet St Louisien de 12h à 14h sera installé dans l'avenue du Port, spécialement concocté pour vous par un commerçant. Pour les personnes qui souhaitent pique-niquer une grande table sera à votre disposition pour participer au repas avec toute le monde. Enfin, le tarif est de 6euros et réservable à La Respelido, à la Boulangerie Campani ou au Citron Jaune avant le 11 octobre.

L'après-midi ce sera chargé avec des spectacles tout neufs et des plus anciens à succès. Notamment un jeu de scrabble revisité comme jamais qui organisera des parties toutes le heures. Vous verrez également un artistes coréen tisser une toile d'arraignée gigantesque entre les arbres du centre-ville. Il parait même qu'une surprise vous attend en fin de journée mais ... suspens !

Dernier grand moment de la journée, direction le Citron Jaune pour une soirée guinguette spectacle-concert dans une ambiance chaleureuse et conviviale autour d'un verre ou de petits fours.

Le programme en détail sur le www.lecitronjaune.com 

 
16 octobre 2017