Hebdo semaine 42: Port-St Louis - La Casamance, en route !

25 octobre 2017

Pour la petite histoire. Animatrice de formation initiale (BAPAAT et BEATEP), Mme Garcia travaille depuis 1996 auprès de la jeunesse Saint Louisienne. Le lieu d’où tout part et tout émerge est le foyer jeunes « Robert Mathieu », ouvert à la jeunesse de la ville.

Ce projet est né d’un partenariat développé en 2016 par la ville avec le Delta de la Casamance. Lors de ces échanges a germé l’idée de construire un projet de séjour de rupture en direction de jeunes en difficultés de la commune. Ce projet s’appuie sur un étroit partenariat à la fois au Sénégal avec les administrations de la Casamance et en France avec les différents partenaires (Association « Art et Culture en mouvement », ADDAP13, PJJ, Mission Locale, Maison Pour Tous « l’envolée », MDA, S.P.L “Nautisme Mer Développement Port St Louis Provence”…) Ce partenariat conditionne ainsi la mise en place de ce projet qui verra le jour en novembre 2017.

En mai 2016, le « Festival de la Camargue » a reçu, comme pays invité, le delta de « Casamance » du Sénégal.

Le secteur enfance de la ville, aussi bien extra que périscolaire, a pu découvrir la richesse de ce territoire au travers d’animations proposées dans le cadre du festival et le secteur jeunesse, grâce à l’éducatrice spécialisée de la ville a pris contact et créé des liens avec les représentants de la « Casamance », présents sur le festival.

Ces premiers contacts, ont abouti, dans un premier temps, au départ, de Corinne GARCIA, au mois de décembre dernier, pour assister au festival organisé, en Casamance. Ce voyage, tout d’abord, prévu à titre personnel, s’est vite vu transformé en « voyage solidaire », puisque Mlle Garcia, pour assister au festival « Boukout » à Bignona pour sa 10ème édition, s’est vue devenir le relais d’une chaîne de solidarité en vu d’amener en Casamance des médicaments et des fournitures scolaires, via l’association « Cas’art culture et développement ».

Plusieurs séances de travail ont été mises en place entre les différentes institutions de ce pays et la délégation de Port Saint Louis afin envisager une « convention de coopération internationale» entre la commune et les deux départements que sont Bignona et Oussouye. Cette coopération permettra de développer un projet commun sur la culture, la prévention, les échanges scolaires, les chantiers d’insertion.

Le projet proposé repose avant tout sur le lien humain et la reconstruction du jeune.

En effet, celui-ci a besoin de reprendre confiance en lui pour pouvoir « se faire face » et apprendre à se protéger de tous ses dangers qui l’enferment, l’isolent, et le transforment. Cet isolement peut très vite le faire devenir une cible aussi bien pour les dealers, que pour les prédicateurs, et le chemin vers la délinquance n’est pas loin.

Le projet tient compte de toutes les expériences réalisées qui ont fait leurs preuves. Cependant, la complexification des phénomènes mène à repenser et se poser la question de cette rupture de liens entre le jeune et l’adulte et le rapport a la famille.

C’est pour cela qu'ils se sont orientés sur un séjour de réparation propre à la Ville de Port Saint-Louis du Rhône qui aura son propre séjour en fonction de ses propres besoins et des besoins partagés avec Bignona et Oussouye.